Que se passe t-il derrière la blouse ?

Depuis plusieurs mois le secteur médical et plus particulièrement l’hôpital sont mis en lumière dans les médias. Au delà des chiffres, des discours, des prises de positions, à quoi ressemble la vie des soignants ?

L’impossible préparation à la crise 

D’abord, il y a eu la dénonciation du manque de moyens accordés à l’hôpital, des tribunes, des démissions en chaîne dans les administrations puis est arrivée la crise du Covid-19 dans un hôpital déjà à flux tendu. 

Derrière la Blouse, un collectif de jeunes soignants partout en France, s’est donné pour mission, en plus de sauver des vies, de montrer l’envers du décor par un podcast : Transmissions. Emylie Lentzner, une des membres du collectif, est d’ailleurs venue parler de ce projet au micro de Radio Campus Saint Etienne. 

« Un travail de mémoire »

« Transmission », c’est la réalité d’une journée dans un service hospitalier, une journée vécue au travers des yeux d’un interne, d’un jeune soignant, d’un praticien. C’est une vraie plongée dans un univers largement méconnu ou sujet aux clichés, où les métiers invisibles sont nombreux. Pour Emylie Lentzner, l’ambition première de ce podcast est de donner la parole, de révéler l’invisible. Tout cela pour montrer à quel point le travail hospitaliers peut être difficiles dans les conditions actuelles de manque de personnels et de moyens, surtout quand s’y ajoute une crise sanitaire sans précédent.

« C’est avant tout un travail de mémoire car ce que l’on vit là nous transforme ».

Le podcast qui était à l’origine en vidéo s’est mué en audio, confinement oblige mais l’ambition reste la même. Au delà du témoignage, il est aussi question de mémoire. Apporter des preuves pour se rappeler de ces moments difficiles où les soignants, chacun à leurs postes ont été mis à rude épreuve dans un hôpital public déjà tendu. « Transmission » crée un support sur lequel fixer les interrogations, les peurs, les regrets des personnels qui chaque jour risquent leurs vies pour sauver celles des autres.

«  Comment peut-on continuer de soigner quand on a pas les outils pour le faire ? »

Au sein des témoignages se cachent aussi des interrogations, des peurs, des appréhensions. Les soignants, en première ligne, changent, ils y sont contraints, mais que se passera t-il par la suite ? Cette crise que nous traversons fera t-elle émerger une considération nouvelle pour l’hôpital et ses personnels ? Ou devrons-nous nous contenter d’élever quelques noms au rang de héros pour cacher les sacrifices accomplis par chaque soignant, chaque jour, dans chaque service hospitalier ?