Apprendre le français aux nouveaux arrivants, des étudiants s’engagent

Il s’appelle… elle s’appelle“, le jeune-homme répète les phrases écrites au tableau sous l’oreille attentive du professeur stagiaire face à lui. Au centre universitaire de Clignancourt à Paris, chaque semaine du lundi au jeudi, des cours de français gratuits sont dédiés à soixante personnes migrantes. Des “apprenants”, préfère nuancer André Rebelo, le président de l’association InFLÉchir, à l’initiative de cette action. 

Rencontrés dans les salles de cours : apprenants, bénévoles, professeurs, racontent.

Ils viennent d’Afghanistan, du Soudan, d’Érythrée, d’Éthiopie, du Bangladesh. Arrivés en France depuis des années ou simplement quelques mois, tous, quel que soit leur niveau, souhaitent améliorer leur connaissance du français, pour mieux s’intégrer, trouver un travail ou reprendre des études. InFLÉchir a été créée par trois étudiants de l’Université Paris IV en janvier 2016 en partenariat avec le Service Interuniversitaire d’Apprentissage des Langues (SIAL) et s’est engagée au sein du collectif Resome. Quatre classes, réparties de l ‘alphabétisation aux  niveaux B1 ou B2, sont assurées par des étudiants en Master 2 de Langue Française Appliquée. Ils assurent 8 heures de cours par semaine.

L’échange étant au cœur de son projet, des binômes entre étudiants et apprenants ont également été créés. En plus des cours, des activités de groupe sont proposées chaque semaine.

Au sein du collectif Resome, d’autres initiatives existent à Paris et dans toute la France. ItinérENS à Lyon, SOLEDEV à Poitiers, Voyage au bout de la 11 à Paris, etc. Et pourtant, Infléchir fait le constat d’une demande saturée et d’un abandon des pouvoirs publics. “On s’attendait pas à avoir un tel afflux de personnes, on s’attendait pas à ce que les institutions soient totalement sans réponse” André Rebelo.

MIE
50, rue des Tournelles
75003 – Paris
inflechir@gmail.com
-https://www.facebook.com/inflechir/

 

0 commentaire »

votre commentaire